About the author

Jean-Philippe Rousseau

Montréalais d'origine normande, éditeur Web depuis 1995 et ancien attaché politique. Éclectique passionné, il vous parlera de politique, de musique, de télévision... et de hockey avec la même intensité.

Related Articles

14 Comments

  1. 1

    Jean-Pierre H.

    Intéressant! Je vous lis depuis peu, mais je remarque que par deux fois, vous avez mis des journalistes en face de leurs contradictions et surtout, de leur manque de professionnalisme.

    D’abord Michèle Ouimet, qui affirme que le kirpan n’a jamais été utilisé dans des actes de violence: vous lui démontrez le contraire avec plusieurs exemples. Ensuite Patrick Gauthier, qui n’a même pas été voir son propre syndicat afin d’obtenir la bonne information.

    Dans les deux cas, un média “alternatif” comme le votre, a fait mieux que des journalistes professionnels et établis! C’est assez symptomatique de notre époque, vous ne trouvez pas?

    Les vieux médias syndicalisés (je reprends votre expression), n’arrivent plus à maintenir un niveau de qualité suffisant pour les rendre crédibles. Aucune rigueur, pas beaucoup de recherche ou d’investigation, cela devient du journalisme de salon, où les intérêts corporatistes sont protégés, au détriment de la véritable information.

    Car ne soyons pas naïfs, Patrick Gauthier et ses compères connaissent très bien les pratiques de la CSN, ils feignent de ne rien savoir que pour mieux protéger leur syndicat et leurs intérêts.

    Bravo pour votre article! Je vous encourage à continuer!

    Reply
    1. 1.1

      Jean-Philippe Rousseau

      Merci Jean-Pierre !

      Je ne l’avais pas mentionné, mais vous avez totalement raison : la CSN étant le syndicat des journalistes du Journal de Montréal, cela signifie que Patrick Gauthier n’a même pas pris la peine de contacter son délégué, afin d’avoir la VRAIE information. Mais, comme vous le dites aussi si bien, ne soyons pas naïfs ! ;)

      Pour le reste, effectivement, si l’on met de côté l’absence totale de moyens financiers pour Québec Presse, qui fonctionne bénévolement à 100%, on se rend compte que bien des médias comme le notre, prennent régulièrement des journalistes sur le fait, quand il s’agit de mensonges (que cela soit par omission ou pas), de manipulations ou d’orientation très idéologique.

      Je ne prétends pas être 100% objectif, justement pas ! Mais à la différence de bien des médias “mainstream”, je n’avance pas masqué : ici on le dit, même si Québec Presse n’est pas partisan (dans le sens d’être inféodé à tel ou tel parti politique), il n’en demeure pas moins de droite.

      Merci encore pour votre commentaire !

      Reply
  2. 2

    Julie

    Rue Frontenac existe encore??? N’ont-ils pas signés l’entente avec Québécor?

    Bien des journalistes aiment donner des leçons aux autres, mais ils n’apprécient pas du tout que l’on puisse remettre en cause leur “beau travail” et leur prétendue objectivité.

    Bonne journée.

    Reply
  3. 3

    EasyRider

    J’ai eu quelques-uns de mes commentaires qui sont aussi passés dans le tordeur sur rue Frontenac! Pourtant, sans avoir les mêmes idées que la bande du journal, ce n’est pas mon genre de manquer de respect ou d’insulter les gens.

    Mais dès que tu mets le doigt sur quelque chose qui est gênant, c’est censuré!

    Reply
  4. 4

    Sébas

    Ah voilà une belle analyse: merci pour ces *informations* !

    Un autre excellent blogue dans mes favoris !

    Lâchez pas!

    ;-)

    Reply
  5. 5

    Mario Legault

    Rue Frontenac m’a souvent donné envie de lire le Journal de Montréal. Tout ce que tu dis confirme juste un peu plus une chose: il y a, dans le monde journalistique en général, un manque flagrant de rigueur au travail.

    Reply
  6. 6

    Pierre Langlois

    Je suis régulièrement censuré sur le site de Rue Frontenac. Impossible de corriger les analyses politiques simplistes de Marco Fortier par exemple….

    Reply
  7. 7

    Marie T.

    Vu le piètre niveau de Rue Frontenac, il est assez évident que cela ne met pas en valeur les journalistes qui y travaillent. Textes souvent bâclés, imprécis et à la syntaxe très approximative, ce “journal” en ligne n’a jamais su démontrer pourquoi il fallait abandonner le Journal de Montréal, si tant est qu’on aie pu, un jour, en être adepte.

    J’y suis allé de temps en temps, mais sans vraiment y trouver grand chose. Être directrice d’un journal, à part peut-être deux ou trois d’entre-eux, je ne me fatiguerai même pas à faire la moindre entrevue d’embauche avec cette équipe.

    Censure ? Oui, certainement ! En l’absence d’argument, la censure demeure encore la meilleure arme… avec l’insulte.

    J’espère juste que Patrick Gauthier a d’autres talents, parce que celui de journaliste n’en fait manifestement pas partie.

    Devrait-on perdre notre temps avec eux ? Je ne pense pas ! Mais merci pour cette belle mise au point, qui a le mérite d’être claire, contrairement aux “arguments” que vous a envoyé l’ami Gauthier.

    Reply
  8. 8

    Martin R.

    M. Rousseau,
    Je vous ferai remarquer que ce n’est pas seulement le site de RueFrontenac.com qui censure les commentaires qui ne leurs plaisent pas; je dirais que presque tous les blogues de gauches le font. Je ne nommerai pas celui donc je fais référence pour ne pas lui faire de publicité, mais à chaque fois que je laisse un commentaire, j’attends parfois plusieurs jours, alors que le sujet n’est plus d’actualité.

    J’en ai fait la remarque à ce blogueur une fois, et il m’a répondu qu’il n’avait pas été voir ses courriel. Pourquoi les autres sont publiés et non les miens ? Je ne sais pas. Le plus drôle, c’est qu’il se dit polémiste et qu’il a des opinions très tranchées, mais on dirait qu’il a peur d’en débattre.

    Reply
  9. 9

    Félix Cauchy-Charest

    M. Rousseau, je vous invite à être à l’écoute de l’émission de Mario Dumont à V ce soir qui recevra Pierre Patry, trésorier de la CSN, qui viendra rétablit les faits.

    Également, je vous spécifie que les statuts et règlements de la CSN et des syndicats membres interdisent ce genre de pratique.

    Je vous invite, par ailleurs, à venir au 63ème Congrès de la CSN, les états financiers seront dévoilés aux membres, en toute transparence. Le budget est également voté, démocratiquement, pas de secrets chez nous. http://www.csn.qc.ca/web/63eme-congres-de-la-csn/accueil

    Reply
    1. 9.1

      Jean-Philippe Rousseau

      M. Cauchy-Charest,
      Marie, qui a répondu plus bas, a quelque peu devancé mon commentaire : Michelle Filteau a déjà eu l’occasion de s’exprimer sur le sujet, y’a t-il eu un revirement de situation à la CSN ? Y’a t-il plusieurs politiques en fonction des personnes que l’on interroge ?

      J’écouterai donc avec intérêt la réponse de Pierre Patry, en espérant qu’elle puisse lever toutes les ambiguïtés, parce que jusqu’à présent, reconnaissez que la position de la CSN est bien difficile à suivre !

      En attendant, merci pour l’information.

      Reply
    2. 9.2

      Un syndiqué

      Anyway le zouf, prendre MES cotisations pour organiser une manifestation pour laquelle je ne suis pas d’accord, c’est un scandale! Le reste, c’est de la crisse de bullshit!

      Reply
  10. 10

    Marie T.

    Étonnante réponse quand on sait que Steve Proulx, chroniqueur sur Yahoo! actualités, a contacté la CSN qui lui a confirmé la pratique.

    Je le cite :

    Au téléphone, la porte-parole de la CSN, Michelle Filteau, précise qu’aucun militant de Montréal n’est payé pour participer à la manifestation du 12 mars contre la privatisation des services.
    Cela dit, un militant montréalais n’a qu’à débourser le coût d’un ticket de métro pour participer à la manif.
    Le militant gaspésien, quant à lui, doit se taper 1000 kilomètres de route et «booker» deux journées de sa vie pour brandir des pancartes pendant deux heures à la Place du Canada à Montréal.
    L’implication n’est pas la même.
    Voilà pourquoi la CSN offre le transport, le goûter, l’hébergement et un per diem aux militants qui oseront faire la route de Percé à Montréal pour exercer leur droit démocratique de manifester.

    Source de l’extrait : http://fr-ca.actualites.yahoo.com/blogues/la-chronique-de-steve-proulx/le-vieux-truc-d-ric-duhaime-20110311-104636-468.html

    Reply
  11. 11

    Euh...

    À mon avis, les militants “payés” devraient se syndiquer. Parce que 50$ pour partie de Matane, venir à Montréal et repartir à Matane après… c’est quasiment de l’exploitation!

    Reply

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2010-2015 - Québec Presse - Tous droits réservés